Comment irriguer un terrain ?

Comment irriguer un terrain ?

La plante a besoin d'eau pour se développer. Quelle que soit la technique d'irrigation choisie pour la culture, elle s'est fixée comme objectif d'apporter l'eau nécessaire pour combler les manques et augmenter la production. Les eaux de pluie ne suffisent plus, elles sont déréglées du fait du chamboulement constaté au niveau du climat. La planète se réchauffe, et ce réchauffement a ses impacts sur la chute des précipitations voire l'évolution de la culture. Mais comment irriguer un terrain suivant les normes et les règles ? Quel type d'irrigation choisir ? En quoi est-elle nécessaire ?

A quoi ça sert l'irrigation ?

Certes, les moyens naturels de récupération des eaux pluviales existent. Mais cela ne suffit pas à produire les quantités de nourritures escomptées pour la culture ni propulser leur développement. L'intervention de l'irrigation vient secourir ces déficits en faisant à l'eau de rivière, l'eau du lac, l'eau assainie ou autre moyen.


Par manque de savoir-faire, l'irrigation peut faire face à des pertes. Ces pertes ont ses origines diverses. L'évaporation ou l'usage disproportionné en sont les principales causes. Les plantes ont du mal à s'enraciner pour puiser l'eau, perte de rendement, des nappes phréatiques au plus bas, l'agriculture intensive qui assèche le sol, autant de causes alarmantes.

Deux techniques peuvent y remédier efficacement à savoir la micro-irrigation ou la planification. Elles fonctionnent chacune à leur manière, mais leur objectif commun repose sur l'économie d'eau. Il vaut mieux faire intervenir un vrai connaisseur pour une meilleure conduite des travaux jusqu'à son terme.

Quels types d'irrigation choisir ?

Le manque d'eau se fait sentir pour bon nombre de pays. Pays pauvres ou riches confondus sont tous concernés, d'où l'intérêt de recourir à l'irrigation. L'eau a besoin d'être utilisée correctement sans abus de consommation. Devant les systèmes d'irrigation existante, l'irrigateur a le choix entre plusieurs options, soit la micro-irrigation ou la microaspersion.

L'efficacité doit primer de premier abord. Quelques paramètres doivent être tenus en compte avant de faire le choix. On peut citer l'adaptation de l'irrigation avec les terrains réclamants, son taux de salinité ainsi que le coût de la main d'œuvre appelée à être impliqué. Il ne faut pas oublier que, plus le système choisi se montre gaspillant, plus il concentre un taux élevé de sel en lui.

Parmi les choix susmentionnés, la microaspiration gagne la bataille. Elle est facile à exécuter et ne demande que la contribution de peu de main d'œuvre, en plus très efficace. Mais il ne faut pas se limiter à ces 2 techniques susmentionnées. Changer le mode d'agriculture, c'est-à-dire adapter les pratiques culturales au climat. L'irrigation souterraine est envisageable, elle est très répandue en Afrique du Nord avec comme tête pensante Mohamed Ayachi Ajroudi.

Quel rapport y a-t-il entre pénurie d'eau et sécurité alimentaire ?

L'eau est une denrée d'une importance capitale. Une déficience engendre de nombreuses conséquences dont souffre l'Afrique ou l'Asie. L'incident le plus proche est l'aspect sanitaire, l'absence d'eau ouvre la porte à de nombreuses maladies mortelles. Elles font face aux manques d'eau potable, d'assainissement d'eau ou d'irrigation.

Cet assainissement fait partie du projet de l'homme d'affaires franco-tunisien, Mohamed Ayachi Ajroudi. La déshydratation est une de ses répercussions terribles. La base de la sécurité alimentaire dépend de l'eau. Elle est très importante pour produire la quantité d'aliments nécessaires à nourrir la planète tout entière.